SI-LES-BEBES-POUVAIENT-PARLER_ouvrage_large

Pitch : Une psychanalyste en maternité auprès des nourrissons. L'idée semble encore aujourd'hui saugrenue à quelques-uns, elle était audacieuse lorsque Myriam Szejer prit ses fonctions à la maternité de l'hôpital Antoine Béclère, sous la direction du professeur René Frydman. Depuis vingt ans, elle y écoute les nouveaux- nés et accompagne leurs parents. Et n'hésite pas à s'opposer à certaines idées dominantes. Il est temps de faire évoluer les pratiques qui accompagnent le début de la vie, de considérer le bébé comme un être de parole dès sa conception, de se convaincre qu'il est de notre responsabilité de fournir aux petits d'hommes des conditions plus favorables à leur humanisation. Il en va de la fragilité des adolescents, trop souvent enfermés dans la violence ou l'addiction, de l'équilibre de la société, en prise avec la dépression, et pour finir, de notre capacité à vivre ensemble.

Mon avis : J'ai la fâcheuse habitude, lorsqu'un nouveau sujet m'intéresse, de lire beaucoup d'ouvrages consacrés de plus ou moins près à celui-ci. Ayant un "projet bébé" depuis quelques mois, je me penche donc sur ce qui a pu être écrit sur l'accueil d'un nourrisson dans une famille, la naissance et ses bouleversements. Une amie m'a offert ce livre de Myriam Szejer.

Je vous la présente en quelque mots, c'est important pour comprendre la genèse de ce livre. Myriam Szejer voulait être artiste et, finalement, devient psychanalyste (je vous la fais courte, je suis sympa). Elle bénéficie des connaissances de Françoise Dolto qui l'a accueillie à la pouponnière d'Antony pour la sensibiliser à ce qui se passe "au-delà des mots" du nourrisson et de savoir l'écouter. Cela l'a inspirée puisqu'elle a eut l'envie, ensuite, de se pencher sur le nourrisson plus jeune encore, lorsqu'il n'a que quelques heures de vie extra-utérine.  Pour la soutenir dans ce projet un peu fou, un homme lui ouvre les portes de son service : René Frydman, directeur du département de gynéco-obstétrique de l’hôpital Antoine-Béclère, à Clamart, le « papa » d’Amandine, le premier « bébé-éprouvette », et l’initiateur des procréations médicalement assistées.

C'est cette expérience qu'elle relate dans ce livre "si les bébés pouvaient parler". Très bien écrit, un style enlevé et l'auteure velle à se mettre au niveau de ses lecteurs. J'ai appris vraiment beaucoup de choses. L'intution que j'avais, qu'il fallait à tout prix expliquer au nourrisson d'où il vient, quelle est son histoire au risque que tous les traumatismes ressortent à l'adolescence ou plus tard. Elle montre que beaucoup de choses s'expliquent par la façon dont on a été accueilli à la naissance.
Sans entrer spécialement dans les détails (vous y aurez droit un jour, petits curieux), notre enfant naîtra dans des conditions particulières et il est évident qu'il nous faudra veiller à lui expliquer, le plus simplement possible, son histoire pour qu'il sache exactement ce qui s'est passé et que ses potentielles questions trouvent des réponses claires.