la-course-aux-rillettes255

Pitch : Ariette est une fillette plutôt rondelette. C'est qu'elle raffole des rillettes, à tel point qu'elle en réclame à chaque déjeuner et même dîner. Or voilà qu'un soir, heu ! Ventrebleu ! Pas la moindre noisette dans son assiette ! En quête de ces fameuses rillettes, Ariette, accompagnée de sa maman, se rend alors au pas de course chez les différents commerçants du quartier... pour apprendre une vérité qu'elle n'est pas prête d'oublier !

Mon avis : Voilà un album au titre accrocheur et aux illustrations franchement très sympas. J'ai découvert au passage les illustrations de Marianne Berger et j'aime beaucoup son travail !

L'histoire est toute mignonne. Une petite fille un peu gourmande dont le plus joli des péchés mignons est d'aimer les rillettes. Un peu trop puisqu'il lui en faut à tous les repas ! Et catastrophe, il n'y en a plus ! La course aux rillettes est lancée ! Elle parcourt la ville avec sa maman à la recherche du précieux bien qu'elle finit finalement par trouver. Mais, en même temps que cette "victoire" elle apprend comment sont faites les rillettes. On tue un cochon ! et c'est du gras... si c'est ça, elle va faire beaucoup de sport et manger que des légumes.

The End.

J'ai lu cet album avec une amie qui, comme moi, a été choquée par cette fin. L'album est destiné aux petites filles et la "morale" est donc "beurk c'est du cochon / de la viande / du gras, faut plus en manger, faire beaucoup de sport et manger des légumes".
Si je suis tout à fait d'accord évidemment avec la nécessité de concilier sport et nutrition, j'ai beaucoup de mal avec "la chasse au gras" et, plus encore, avec le fait que ce soit ainsi dit à de très jeunes lecteurs.

Il y a d'autres façons de parler nutrition aux enfants que de procéder en " bien / mal ". tout est affaire d'équilibre et si on veut éduquer nos enfants correctement en la matière, il est à mon sens important de les accompagner de façon équilibrée, en tenant compte de leurs goûts et en faisant de cet apprentissage un moment agréable. Et non moralisateur.