patients

Pitch : Il y a une quinzaine d’années, en chahutant avec des amis, le jeune Fabien, pas encore vingt ans, fait un plongeon dans une piscine. Il heurte le fond du bassin, dont l’eau n’est pas  assez profonde, et se déplace les vertèbres. Bien qu’on lui annonce qu’il restera probablement paralysé à vie, il retrouve peu à peu l’usage de ses jambes après une année de rééducation. Quand il se lance dans une carrière d’auteur-chanteur-slameur, en 2003, c’est en référence aux séquelles de cet accident – mais aussi à sa grande taille (1,94 m) – qu’il prend le nom de scène de Grand Corps Malade. Dans son livre, où il se fait pour la première fois auteur d’un récit en prose, il raconte, avec humour, dérision et beaucoup d’émotion, les douze mois passés en centre de rééducation et relate les aventures tragiques mais aussi cocasses vécues par lui et ses colocataires d’infortune.

Mon avis : Comme beaucoup je connais Grand Corps Malade en tant que slammeur. Certes on l'a découvert avec une béquille mais, finalement, elle fait partie du personnage et ne m'interrogeait pas tant que ça. Bien sûr je me doutais d'une histoire douloureuse. Bien sûr je me doutais du lien qui était noué entre son âme d'artiste et celle de blessé mais, jamais, je ne m'étais questionnée sur ce qui c'était réellement passé et ce par quoi il était passé avant. Il aura fallu moins d'un jour pour que je lise ce livre tombé par hasard entre mes mains.
Moins d'un jour pour être confirmée dans l'image que j'avais de cet homme : simple, drôle, courageux et sensible.

Un accident comme il en arrive tant. Malheureusement. Et une année passée dans divers centres de soins aux tétra-paraplégiques et autres handicaps. Ce monde je le connais, de loin, via un ami qui a été amputé des deux jambes suite à une méningite fulgurante. Ce fatalisme couplé à un humour cynique je l'appréhendais un peu mais, ici, il est mis au service d'un témoignage simple, fort sur ce que vit toute personne frappé par la vie de cette façon. Comment on fait avec, ou non. Comme le lien humain finalement fait la différence. Comme il est tout ce qui importe.

Un court témoignage donc. Particulièrement bien écrit et agréable à lire. Une incursion dans le monde très souvent méconnu des handicapés lourds (même si certains s'en sortent). Pour aussi se rappeler que ça n'arrive pas qu'aux autres.