Pitch :
Psychiatre de talent, Ellen Roth reçoit en consultation dans la clinique où elle travaille une femme en état de choc, qui lui confie être harcelée par un homme, sur lequel elle refuse de donner le moindre détail. Serait-elle en proie à un délire de persécution ? Ellen n'a pas le temps d'en apprendre plus : à peine internée, l'inconnue disparaît. Quelques jours plus tard, un mystérieux individu agresse Ellen et lui lance un macabre défi : elle a quarante-huit heures pour découvrir qui il est et les raisons qui le poussent à s'en prendre à elle, sans quoi la patiente disparue mourra. C'est le début d'une course contre la montre pour Ellen, confrontée à la paranoïa, la peur et la violence. Bien vite, elle se retrouve isolée de tous, ne pouvant compter sur personne. Et avec très peu de temps pour découvrir ce qui, dans sa vie et celle de ses proches, peut motiver cet inconnu qui semble en savoir très long sur elle.

Mon avis : Ellen Roth, psychiatre reconnue, doit prendre soin d’une patiente que lui a confié son petit ami. Violée, violentée, traumatisée, elle se réfugie dans un coin de la salle et la psychiatre a bien du mal à initier le contact. Pourtant, il se fait et l’envie est grande, pour elle, d’accompagner sa patiente et de comprendre ce qui lui est arrivé. Pourtant, celle-ci disparaît. Le croque-mitaine, comme Ellen l’appelle, l’agresseur de sa patiente, est-il le responsable ?

L’intrigue commence ici et il n’y a pas un instant de répit dans tout le reste du récit. Les faits se succèdent, la toile psychologique se tisse à une vitesse folle et il est impossible de ne pas trembler pour cette femme attachante.

L’auteur connaît ce milieu de l’asile psychiatrique, cela se sent. Il n’a pas la même maîtrise du style littéraire (c’est un 1er roman), mais il excelle dans la mise en place d’une atmosphère noire à souhait, reposant sur nos peurs les plus ancestrales et celles qui ont habité notre enfance.

Si la 1ère partie est plus que bien ficelée, j’ai eu l’impression, passé un certain seuil, que l’auteur a tout précipité, qu’il fallait très vite que les informations pleuvent, que les choses se nouent puis se dénouent… cela n’empêche nullement d’enchaîner les pages les unes après les autres, impatients que nous pouvons être de vouloir connaître l’issue de ce thriller. Pour autant, l’on peut être quelque peu dérangé par cet aspect quelque peu décousu et « débutant ».

Encore une fois, cela ne doit pas vous convaincre de ne pas lire ce roman. Il vaut vraiment le coup !

ELLE