duchesse

Pitch : Imaginez un croisement entre madame de Sévigné et Woody Allen : vous obtiendrez Helene Hanff (1917-1997), qui doit son passeport pour l'éternité à un talent unique d'épistolière joint à une perfusion d'humour juif new yorkais et à un amour immodéré pour la littérature anglaise. Son best-seller, 84, Charing Cross Road, est né de vingt ans de correspondance (1949-1969) avec le personnel d'une librairie londonienne spécialisée en livres rares.
Après toute une vie d'attente, Helene arrive enfin à Londres en juin 1971. L'ami libraire, Frank Doe, est décédé sans qu'elle l'ait jamais rencontré, mais sa veuve, sa fille et une foule de personnages hauts en couleur l'accueillent lors de ce séjour, ses premières vacances à l'âge de cinquante-quatre ans.

Mon avis : J'ai adoré, comme beaucoup, 84 Charing Cross Road (encore une critique que je n'ai pas faite...). Prise de tendresse pour cette dame férue de littérature et pour cet échange épistolaire galvanisant. Le personnage m'intriguait et lorsque j'ai vu, après avoir acheté La Duchesse de Bloomsburry Street, qu'il s'agissait de la "suite" de cet écrit qui m'avait tant plu, j'étais ravie !

Je me suis laissée embarquer le plus agréablement possible par la plume d'Hélène Hanff qui vraiment me ravit. Espiègle, vive ... son écriture est pleine de rebondissements et de style.

On n'est plus ici dans un roman épistolaire mais dans un carnet de bord qui nous permet de la suivre lors de son séjour à Londres à l'invitation de plusieurs personnes, en lien avec son ouvrage précédent.
Nous la suivons à la découverte de cette ville rêvée, inquiète et impatiente. Elle croque les Anglais avec brio et humour.

Plus encore, ce nouvel opus est encore une fois l'occasion de découvrir de grands auteurs et de grands livres. Elle vient aussi pour vivre et voir de ses yeux l'Angleterre de ses auteurs préférés, faire l'expérience de leur quotidien, aller sur leurs lieux de vie pour ressentir leur présence... et nous avec.

Un très beau voyage en très belle compagnie ! (quel dommage qu'elle n'ait pas écrit davantage !)